fbpx

Sébastien Bouin, falaisiste et NaïtUpeur hors normes.

17 Juil, 2020

Par Julie

Comments

Ce mois ci nous sommes allés à la rencontre d’un sportif de haut niveau qui pratique l’escalade libre depuis l’âge de 12 ans. A 18 ans il est déjà un des meilleurs falaisistes Français et en 2019 il était le meilleur performeur mondial en falaise. 
Et avec la complicité de sa Hussarde Naitup.
Partons à la découverte de ce champion !

Mais au fait c’est quoi l’escalade libre ? Elle se pratique en extérieur sur une paroi rocheuse sans aucune aide artificielle pour progresser. Les voies en escalade disposent d’une cotation (note)*.

D’où te vient cette passion pour l’escalade ?

Faire de l’escalade est venu assez naturellement. Je ne me suis jamais posé la question de pourquoi je grimpe. C’est naturel.
Après réflexion, je pourrais dire que prendre de la hauteur, se retrouver dans des endroits vertigineux, tout en faisant un effort physique me plait énormément. La dimension extérieure et impressionnante de l’activité m’attire.
La diversité gestuelle que propose ce sport me plait beaucoup aussi. Chaque voie d’escalade est différente. C’est toujours quelque chose de nouveau que l’on grimpe.

Je pense qu’aujourd’hui ma principale motivation en escalade est de trouver des voies qui me font rêver. De part leur difficulté, leur ambiance, leur style, mais aussi de part leur localisation. L’environnement, l’ambiance, la faune et la flore, ainsi que la fréquentation qu’ils proposent sont des cadeaux.

Il est aussi primordial pour moi d’être dehors, dans de beaux coins. En effet, il est très important de passer du temps à l’intérieur, sur un mur artificiel où à faire des exercices, pour s’entraîner ou grimper quand les conditions ne le permettent pas dehors. Cependant c’est à l’extérieur que je m’exprime et que je vie mon escalade. Je n’aurais certainement pas le même niveau et la même envie si je pratiquais seulement l’escalade indoor.

Un week-end d’escalade ça se passe comment ?

Tout d’abord le choix de la destination est importante. Il faut trouver le meilleur compromis en fonction de la saison, de la météo, de la forme physique et des partenaires.
Si le trajet est long nous partons le vendredi soir, sinon le samedi matin.
L’objectif est d’être assez nomade pour pouvoir dormir et rester près des falaises. La solution Hussarde avec NaitUp est confortable pour ça.

Ensuite, nous passons les deux jours en falaise pour essayer de réaliser des voies. C’est assez plaisant de se retrouver dans des coins différents, et de vivre de façon nomade.

A quelle contrainte principale as-tu été confronté ?

Il peut m’arriver de faire pas mal de kilomètres pour aller grimper. Une voiture est donc nécessaire. Cependant, il est compliqué de dormir dans une voiture. La combinaison voiture + Tente Hussarde NaïtUp est idéale pour moi.

Je n’ai donc pas de problème pour rouler ou pour dormir.

Derrière le sportif, qui est Sébastien ?

C’est assez dur de se décrire soi même. Je pense être quelqu’un qui a envie de découvrir des choses. Je fonctionne souvent par défi / challenge dans la vie.
J’aime être en extérieur dans de beaux paysages. De ce fait j’aime tous les sports d’extérieur.
Cependant l’escalade prend beaucoup de temps et ne me laisse pas forcement pratiquer autre chose.

Au niveau culturel, j’aime beaucoup le cinéma et les films.
J’aime aussi couper de l’escalade lorsque mes journée sont finies. C’est important pour moi de faire autre chose à certains moments.

Combien de compétitions fais-tu par an, jusqu’où elles t’amènent ?

Ma pratique s’oriente plus  vers des performances en extérieure (la compétition se déroule en intérieur uniquement).
Je choisis donc les voies les plus dures du monde, et j’organise mes voyages pour aller les réaliser. Il faut que je prévois l’entraînement préalable, la logistique, etc…

Je réalise 5 à 6 voyages par an avec de grosses échéances.
Dernièrement j’ai réaliser des performances mondiales en Norvège, Espagne, France, Turquie, Italie,… Et je suis actuellement en Albanie pour essayer de réaliser la voie la plus dure des Balkans.

Lorsque je suis à la maison, je m’entraîne et j’essaie des voies aux alentours.

Comment concilies-tu vie pro et perso ?

C’est parfois assez compliqué. Les nombreux voyages peuvent m’éloigner parfois des gens proches de moi.
Ces personnes m’accompagnent sur quelques voyages.
Il est très important pour moi de partager ma passion avec mes proches.

La semaine d’un sportif se découpe comment ?

La semaine dépend vraiment des périodes. Cela peut être une période de préparation, de repos, de performance,…
J’alterne toujours des jours de grimpe et des jours de repos. Ces temps de repos me permettent de travailler et d’organiser toutes les parties : communication, médiatisation, partenariat, événementiel, voyage,…

En période d’entraînement, je passe plus ou moins 5 jours de grimpe pour un jour de repos. Contre deux jours de grimpe pour un jour de repos en période de performance.
Je fais 3 séances dans une journée en période d’entraînement : grimpe en extérieur + musculation + grimpe en intérieur.
Sur des périodes de performance je grimpe seulement en extérieur et j’optimise les temps de repos.

Ton sport s’exerce en plein air et nécessite d’être nomade. Quels sont les contraintes et les avantages ? Comment y remédies-tu ?

Il est vrai qu’il est assez coûteux de prendre des hôtels / hébergements pour chaque sortie. De plus je suis souvent dans des coins où il n’y a pas forcement grand chose pour être hébergé.

La solution Tente de toit NaïtUp est clairement une bonne solution pour mon mode de vie.

Quel est ton meilleur moment d’escalade ?

Un de mes meilleurs moments… il y en a tellement. Je dirais que c’est le jour où j’ai commencé 🙂
Il y a aussi tous ces moments où je découvre de nouveaux coins, de nouvelles voies extraordinaires.

Je crois qu’un des moments qui m’ait bien marqué est le jour où j’ai découvert les Gorges du Verdon. Un endroit somptueusement vertigineux.

Tu es équipé d’une tente Hussarde depuis quelques mois. Peux-tu nous dire ce qui te plaît ? Qu’est-ce que cela t’a permis de faire ?

L’utilisation de la Hussarde me plait beaucoup pour la simplicité de fonctionnement que cela apporte. Avant j’étais obligé de tout prendre dans ma voiture, matériel d’escalade, matériel de camping (tente, duvet, matelas, etc..). Je devais trouver des coins pour poser la tente (car les campings ne sont pas souvent au rendez vous aux falaises). Cela était une vrai logistique.

La Hussarde me permet d’alléger ma voiture en matériel de camping et m’accorde plus de place pour le matériel d’escalade et autre.

La tente de toit me permet aussi de dormir un peu partout du moment que la voiture est à plat.
Je passe donc moins de temps et d’énergie en logistique. Cela me permet de me centrer d’avantage sur l’escalade et donc sur mes performances.

Quel est ton meilleur souvenir en Hussarde ?

Mon meilleur souvenir est sans aucun doute de me réveiller dans les Gorges du Verdon avec le soleil qui frappe sur la mer de nuages 🙂.

Tu utilises la tente seul, à deux ou en famille ?

Je suis amené à utiliser la Hussarde seul où à plusieurs. C’est vraiment l’avantage de ce modèle. Il y a beaucoup de place disponible.
On peut partir à plusieurs, et c’est un atout au niveau place. Une voiture suffit pour partir en voyage à 3, 4 personnes.

Quel est ton prochain objectif sportif ? objectif perso ?

Je suis parti en Albanie pour réaliser la voie la plus dure des Balkans en décembre 2019.
Je voudrais aller aussi aux USA pour réaliser une voie d’ampleur mondiale.
Au niveau personnel, j’aimerais m’installer dans le Sud de la France, avec le soleil 🙂

Un grand merci à Sébastien d’avoir prit le temps de répondre a nos questions, malgré un emploi du temps surchargé. Notre roadtripeur et grimpeur de l’extrême nous réserve encore de belles performances. Italie, France, Chili … l’aventure n’est pas terminée. 
D’autres interviews de sportifs seront bientôt présente sur le blog, pensez à vous abonner à la newsletter pour ne rien louper ! 

*La cotation d’une voie se décompose comme suit :
•D’un chiffre allant de 3 (débutant) à 9 (top niveau mondial)
•D’un degré intermédiaire désigné par une lettre (a,b et c), a étant la plus facile
•D’un signe + indiquant la présence d’une difficulté supplémentaire.

 

 

A lire aussi

Notre première expérience en tente de toit

Notre première expérience en tente de toit

Voyageurs assidus, nous sommes des adeptes du bivouac. Nous c'est Claire (31 ans) et Martial (34 ans) respectivement ancienne ingénieure aéronautique et nouvellement auto-entrepreneuse, et mécanicien. Pour nous, la vie est un grand voyage et nous aimons découvrir,...

Comment choisir des barres de toit ?

Comment choisir des barres de toit ?

Les tentes de toit Hussarde vous font de l’œil mais une grande question vous taraude : quelles barres de toit choisir ? Entre les barres à 300 €, les barres courbes, les barres longitudinales et les barres transversales...Y a de quoi en perdre son latin. Pas de...

0 Comments

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest